P7254731 

Le lendemain de notre arrivée, nous profitons d'un réveil matinal pour commencer la journée par un bon p'tit dej. Il fait froid malgré le soleil qui commence à monter sur l'horizon.

P7244355
En ville, c'est l’effervescence : une livraison de qat vient juste d'arriver de Grande Terre. Le qat, à Madagascar, est une des drogues légales, consommée principalement par les chauffeurs de taxi. Pour certains, c'est à cause de ça qu'ils sont complètement stone, pour d'autres, c'est grâce à ça qu'ils tiennent aussi longtemps au volant. No comment…

P7234351
Sophie nous fait ses adieux, c'est difficile de voir un membre de l'équipage partir, et nous levons l'ancre pour Mamoko, petite île, et même archipel minuscule situé dans la baie d'Ampasimena, juste en face de Nosy Bé, par  13°43S / 48°11E. Nous laissons derrière nous le port et son activité.

P7244363
En route, nous croisons toutes sortes d'embarcations. Je vous laisse juger du contraste…

P7244369P7244375
San profite de la route pour réviser un peu les différents types de gréement. Je l'initie également au compas de relèvement : «puisque je te dis qu'on est là !!!»

P7244378P7244403
Nous passons à côté de l'île de Tany Kely, classée réserve naturelle.

155MadaSan2
Et nous arrivons dans notre petit coin de paradis. Nous mouillons au Nord de l'île de Mamoko, entre une multitude de petits îlots.

159MadaSan6

Capture du 2016-07-31 20_13_50P7244458

 

 

Après avoir rapidement mouillé IRMA, nous partons avec notre annexe à voile, que Sandrine aime de plus en plus. Apéro dans le coucher de soleil, ça a l'air de parfaitement convenir à Madame !!

P7244461P7244471

 

156MadaSan3

P7244472P7244486


P7254501Le lendemain, j'initie Sandrine à l'un des mystères de la marine à voile les mieux gardés : Le pain à la cocotte-minute !


Prenez un kilo de farine (dont une certaine proportion de farine complète, ou autre), 4 cuillers à café de sel, 2 sachets de levure (soit 11 grammes), mélangez le tout.
Rajoutez 3 cuillers à soupe d'huile d'olive, 500g d'eau, et malaxez le plus longtemps possible. Rajoutez quelques pincées de farine pour vous débarbouillez les mains, et faites un joli pâton dans un saladier, que vous laissez reposer ¾ d'heure.

 

Malaxez à nouveau le pâton en y ajoutant des noisettes et des raisins secs, ou d'autres choses bien bonnes : saucisson, fromage, chocolat, noix, etc.
Huilez avec soin la cocotte-minute sur toute sa hauteur, et déposez-y au fond le pâton bien farineux.
Laissez encore lever ¾ d'heure, puis fermez la cocotte, sans la soupape, et mettez le feu le plus doux possible.
Après ¾ d'heure, retournez le pain dans la cocotte.
Faites encore cuire ¾ d'heure, et sortez de suite le pain bien cuit de la cocotte-minute.
Dégustez.
Mais c'est plus rapide à écrire qu'à faire, et pendant que le pain lève tranquillement, nous rejoignons un des îlots pour nettoyer la carène du dinghy.

161MadaSan8

C'est fait en 20 minutes, et nous lavons aussi l'intérieur.

P7254535P7254577

P7254576

P7254619

Nous visitons ensuite ce petit îlot, constitué de roches qui se séparent en feuilles, comme de l'ardoise. Nous n'avons pas assez de connaissances pour dire si c'est calcaire, basaltique ou quartzique, mais nous sommes bien d'accord pour dire que c'est… magnifique !!

160MadaSan7

P7254552P7254642


P7254549Je me régale des effets de texture, et n'hésite pas à faire quelques gros plans de la roche.

 

P7254548

 

 


Des gros morceaux de roche aux formes géométriques jonchent le sol.

P7254564
C'est tellement beau que l'on n'arrive plus à rentrer… Le pain va déborder de la cocotte…

162MadaSan9

P7254575P7254643


Sandrine m'arrache à mes rêveries, et nous retournons vite sur le bateau pour contrôler la deuxième levée. Ouf, il était temps, le pain tient maintenant toute la cocotte.

P7254658P7254661

J'allume le feu au plus doux, et la cuisson lente commence. Pendant ce temps, Sandrine reprend son occupation favorite…

P7254662

Je retourne ensuite le pain, et ¾ d'heure après, c'est fini !!

P7254663P7254664


Pendant qu'il refroidit, nous retournons en expédition, pour un nouvel îlot ! Celui-ci possède un banc de sable blanc, ainsi qu'un incroyable parc à huître !!

167MadaSan14

P7254666P7254667


Regardez la forme de ces cailloux, ainsi que la disposition que la nature lui a donnée. Et ce mur.

P7254669P7254684

 

P7254686P7254687

Un palétuvier, qui a réussi à se trouver un chemin dans la roche. Ses copains ont fait de même.

P7254705P7254706

 

164MadaSan11
On farfouille à la recherche de trésors…

P7254721P7254723

 

165MadaSan12
Et de retour sur le bateau, nous dégustons le pain.

163MadaSan10

P7254732
Lever de soleil, à 5h30. Nous nous couchons si tôt que je me réveille souvent avant 6h le matin.

P7264734
Nous repartons en navigation.

168MadaSan15
P7264753

 

San protite de la pétole pour faire de l'anthropologie comparative. C'est une branche très pointue dans laquelle elle excelle !

 

P7264754

 


Arrivés dans les méandres de Mamouko, nous lavons rapidement le pont, avant de partir en balade dans la mangrove. Sandrine en profite pour apprendre à ramer.

P7264756P7264760

P7274763

 


Le lendemain, crêpes au p'tit dèj ! Et nous repartons déjà pour de nouveaux horizons !

 

P7274769

Sandrine fait puis étend sa petite lessive. C'est trop mignon…

P7274772P7274773


Le vent se lève, ça commence même à brasser un peu, et je vais me reposer à l'intérieur. Sandrine est bien, heureuse de contempler les vagues, les embruns, le bateau qui fait son boulot… Sandrine adore la navigation, voguer au gré du vent, et ne comprend absolument pas que certains s'emmerdent à utiliser un moteur ! Elle n'a jamais râlé quand l'absence de vent nous empêchait d'atteindre un but, ni quand il fallait barrer finement dans un vent à peine existant, pour essayer malgré tout d'avancer. C'est une excellent camarade, qui a toujours le sourire jusqu'aux oreilles. De plus, elle me fait grande confiance, ce qui la met dans un grand sentiment de sécurité.

P7274793
 Bon, elle finit quand même par m'appeler pour me signaler une route de collision avec un boutre. Lui aussi fait son boulot, et file au grand-largue, vers les montagnes du fond de la baie.

P7274799P7274803

P7274804

Ce sont des bateaux qui ne peuvent naviguer que jusqu'au travers, voire un petit largue, mais qui ne pourront jamais tirer des bords pour remonter un vent établi. Ils font donc leurs rotations au gré des vents, qui s'inversent souvent vers le milieu de la journée.
Nous passons entre Nosy Komba et la Grande Terre. C'est toujours magnifique, et nous lofons en grand pour longer la côte, et rejoindre le mouillage d'Ampogorinana, le village principal de Nosy Komba.

169MadaSan16
Au lever du soleil, c'est magnifique…

170MadaSan17

P7284859

 

Nous reprenons l'annexe dynamique, pour partir encore nous balader.

 

 

P7284845

Sandrine adore cette annexe, qui lui permet de visiter la côte de près, toujours en profitant du vent et du calme que lui procure la navigation à voile.

Nouveau dossier 3
Les pirogues en bois sont en voie de disparition à Nosy Bé, progressivement remplacées par des bateaux à balancier en fibre de verre et résine.

P7284888

Nouveau dossier 6
Nous visitons le domaine de Steevio, un ami de longue date, qui multiplie les activités : sculpture, extraction et commercialisation de pierres de taille, et fabrication et location de petites résidences. Il aménage avec goût depuis plus de 10 ans sa vaste propriété.

Nouveau dossier 7

P7284891P7284895

Nouveau dossier 8
D'en haut, on a une vue sur le village…

Nouveau dossier 9
… et sur le mouillage.

P7284920
Nous redescendons ensuite sur la plage. Dans ce village, partout où votre regard se tourne, tout est beau.

Nouveau dossier 10

P7284934P7284935

Nouveau dossier 11

P7284943

 

Nourou est en train de nous préparer un repas de roi pour ce soir, et Augustin l'aide à la tâche : ce canard sera bientôt réduit en morceau dans une sauce, avant de finir dans nos estomacs gourmands !

P7284951

En attendant, nous profitons de la lumière rasante pour continuer notre visite.

 

Nouveau dossier 12
Place au repas !! Nous nous sommes un peu attardés au bar La Plage, et les Caïpirinha ne sont pas vraiment connues pour leur légèreté : Après la troisième, dont celle de la patronne, nous nous rendons chez Nourou en titubant un peu.

P7284970P7284976

Il faut même carrément tenir Sandrine, qui tombe rapidement sur la natte commune.

Nouveau dossier 16

Va-t-elle, à un moment, s'arrêter de rire ?!

P7284958P7284975

P7284965

Après cet excellent repas, nous rentrons au bateau, toujours avec un petit coup dans l'aile. Il faut dire que Nourou ne flambe pas ses bananes à l'eau, hélas !!

P7284955


Le lendemain, nous partons en pirogue pour Nosy Bé : Sandrine a terminé son séjour à bord, et je dois finir de faire les papiers du bateau.
J'en profite également pour vous mettre en ligne ce nouvel article…